juin 19, 2017

Suite à notre campagne de crowdfunding du 21 Octobre au 02 Décembre dernier, 163 personnes ont osé croire en ce projet sur lequel nous travaillons depuis un moment. Six mois après la fin de la campagne, grâce à vous et aux 13 121€ collectés, le projet prend forme. Nous avons réussi à traverser des étapes importantes, notamment la localisation du lieu qui accueillera notre espace d’accompagnement au Cameroun. Nous souhaitons vous faire part de ces avancées puisque notre projet se construit avec vous.   

 

Pour commencer, il était important de bien préciser ce sur quoi nous travaillons, car notre projet intègre plusieurs aspects qui participent à le rendre singulier par rapport à ce qui se fait en matière d’accompagnement de l’entrepreneuriat en Afrique. Certains d’entre vous ayant surtout retenu l’aspect incubation et d’autres l’aspect coworking, nous devions trouver une définition réunissant les 4 piliers de notre future structure tout en donnant corps aux valeurs de notre Collectif. Au terme d’une séance de brainstorming passionnante et passionnée, trois termes ont résonné dans notre esprit : AtelierInnovationCollaboratif.

Notre espace sera en effet un « Atelier » au sens premier du terme, c’est à dire le lieu de création, de fabrication ou de transformation d’outils ou de biens. Si l’atelier (workshop en anglais) est aujourd’hui entendu comme une réunion ou une formation ponctuelle, il désigne à la base le lieu où on fabrique. On parle par exemple de l’atelier du forgeron ou encore de l’atelier du cordonnier. Dans notre cas, en plus des biens et des services, nous allons forger des esprits, des entrepreneurs.

« Collaboratif » renvoie à la dimension de partage qu’on retrouve à la racine de l’action d’OSER L’Afrique.  Plus particulièrement cela fait ici référence à l’espace de coworking (espace de travail partagé). Notre atelier existera par l’apport de chacun au collectif, car il sera composé de personnes possédant des compétences différentes qui vont les mettre en commun pour faire grandir la forge.

« Innovation » enfin renvoie à un axe important pour OSER L’Afrique. Nous n’avons pas vocation à copier ce qui se fait ailleurs, nous voulons oser faire par nous-même. Cela ne veut pas non plus dire réinventer la roue à chaque fois, mais tout simplement proposer des solutions adaptées au contexte et à l’environnement dans lequel notre atelier se trouvera.

Vous l’aurez compris, notre structure se définit comme un Atelier  d’Innovation  Collaboratif (AIC).

 

Cette précision faite, nous avons amorcé les jalons suivants notamment celui du nom avec comme toujours un cahier de charges associant originalité, ancrage africain et simplicité. Comme pour un bébé qui arrive au monde, le choix du nom n’est pas chose aisée mais c’est toujours un moment important pour les parents. Nous espérons que vous serez donc heureux d’apprendre que notre atelier s’appellera O’BOTAMA qu’on peut traduire par : « l’atelier où naissent les entrepreneurs qui osent l’Afrique. »  O’BOTAMA c’est en effet l’association du « O » d’Oser l’Afrique et du mot « Botama » qui signifie naissance ou commencement en lingala (une des langues parlées en République Démocratique du Congo).

 

 

Dernière grande nouvelle et pas des moindres c’est celle de la localisation de notre atelier. Lorsque nous nous sommes engagés dans cette aventure, la seule chose dont nous étions certains c’est que notre atelier serait ouvert au Cameroun. Le choix de la ville présentant un enjeu stratégique important pour la suite du projet nous avons pris le temps de bien peser le pour et le contre pour chacune des propositions que nous avions.

Pour ce projet innovant nous recherchions un local qui ne soit pas simplement un espace vague ou des bureaux classiques. Nous voulions mettre en place cette initiative au sein d’un espace convivial qui favorise la collaboration et la créativité des entrepreneurs qui y seront hébergés. Nous recherchions également un lieu qui se démarque dans son organisation tout en restant abordable en termes de prix et qui nous permette de consacrer le plus de ressources possibles au cœur du projet c’est-à-dire l’accompagnement des entrepreneurs. Ces critères posés, nous avons entamé une veille sur 2 grandes villes du Cameroun Douala et Yaoundé, chacune présentant des avantages et des inconvénients.

Douala est connue comme la capitale économique du pays car elle rassemble la plupart des sièges d’entreprises. La ville a une culture des affaires plus nourrie que sa concurrente Yaoundé. Une rapide étude du paysage de l’entrepreneuriat de la ville nous a cependant montré que plusieurs acteurs de l’accompagnement étaient déjà installés dans la ville et certains comptants parmi nos partenaires qui deviendraient des concurrents si nous nous y installions. A Yaoundé, la capitale administrative,  l’offre d’accompagnement est quasiment inexistante bien que la ville compte de bonnes écoles et universités et des profils d’entrepreneurs intéressants qui n’ont accès pour l’instant qu’à une offre de coworking limitée sans programme de mentoring ou d’incubation associés.

En prenant en compte ces différents éléments ainsi que les propositions de loyers et le coût des travaux de rénovation à investir, nous avons fait finalement le choix de nous installer à Yaoundé pour proposer une offre qui n’y existe pas encore et qui nous permettra de continuer à travailler en collaboration avec nos partenaires de Douala avec qui nous pourrons développer des offres complémentaires d’accueil des entrepreneurs en déplacement entre ces 2 villes. Notre atelier sera situé au quartier Biyem-assi où nous avons accepté une proposition de logement dans une villa de 130 m² qui sera rénovée et aménagée pour accueillir nos différents services. L’atelier disposera notamment d’un espace de coworking convertible qui pourra accueillir à l’occasion des manifestions autour de l’entrepreneuriat et des évènements culturels ; de bureaux privatifs, d’une cuisine et le tout sera entouré d’une cour avec des espaces verts. Dans les prochains jours, une équipe de techniciens entamera les travaux de transformation de la villa pour en faire un lieu de travail. Le chantier devrait durer 3 mois.

 

Merci à vous de nous avoir fait confiance. Nous vous tiendrons informés de l’avancée des travaux et de l’évolution des autres étapes du projet.

 

Osément votre,

L’équipe O.S.E.R. l’Afrique.

Newsletter
Vous souhaitez en savoir plus sur nos activités ? Devenir bénévole, être partenaire d’O.S.E.R. l’Afrique ou bénéficier de nos services ? Contactez-nous et inscrivez-vous à notre newsletter ! N’hésitez pas, toute l’équipe est disponible !
O.S.E.R. l'Afrique