juin 7, 2017

Jeune avocat d’affaires camerounais, Jacques Jonathan Nyemb est co-fondateur et ancien Président du Collectif OSER L’AFRIQUE. En 2016, Jonathan choisit de rentrer au Cameroun. Il rejoint le Cabinet Nyemb, cabinet d’avocats familial, et parallèlement, s’implique activement dans la culture et l’éducation sur le Continent.

 

• Pourquoi le choix de rentrer en Afrique? (motivations, vision)

 

Mon retour en Afrique et plus particulièrement au Cameroun s’explique en deux mots : devoir et conviction. Devoir d’abord vis-à-vis de ma famille, de ma communauté et de ce pays qui ont fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Ce faisant, il était de mon devoir en retour d’être auprès des miens pour transmettre aux générations futures l’ « héritage » immatériel que j’ai reçu de mes aînés. Conviction ensuite parce que je le répète sans cesse : la crise politique, économique et morale sans précédent que l’Occident continue de traverser crée des opportunités inattendues pour l’Afrique. C’est en Afrique seule que l’humanité pourra désormais se réinventer et construire le monde nouveau que nous appelons tous de nos vœux : un monde inclusif, collaboratif et durable. C’est le défi de notre temps, de notre génération et celui qui me mobilise au quotidien !

 

• Quels sont d’après toi les enjeux au retour de la diaspora en Afrique?

 

Le grec διασπορά, diasporá signifie « dispersion ». Or, s’agissant du continent africain, l’heure est désormais au rassemblement. En effet, la renaissance africaine ne sera une réalité que lorsque les forces capables de lui donner vie seront coalisées et se mettront en mouvement. Et sur ce point, ne nous trompons pas : l’épicentre de la renaissance est en terre africaine. Tous ceux d’ici ou d’ailleurs qui se sentent portés par ce rêve doivent donc se mobiliser et surtout travailler en synergies. Et, disons-nous franchement une chose : pas de masse critique au cœur du « réacteur », pas de renouveau. A bon entendeur…

 

• Que conseillerais tu à ceux qui veulent rentrer?

 

Un seul mot : préparation. Un retour réussi est un retour qui se prépare : le timing, le projet professionnel, le déménagement, et surtout ce que les anglo-saxons appellent le « support system » ; autrement dit, votre cercle d’intimes qui vous épauleront dans cette ascension aussi bien à la montée (la préparation du départ) qu’à la descente (les suites de l’arrivée). En bref, il est primordial d’inscrire son retour dans un projet personnel et professionnel compris et partagé par ses proches ou du moins certains d’entre eux. Toutefois, qu’on se le tienne pour dit : des imprévus seront au rendez-vous et viendront perturber votre préparation. Et plus on se rapproche du jour du départ, plus tout devient difficile et paraît insurmontable. Surtout tenir bon et garder le cap !

 

• Quelles sont les difficultés/obstacles auxquels tu as dû faire face?

 

Bien s’entourer sur le plan personnel et professionnel afin de résister à la dictature de la médiocrité qui prévaut dans nos sociétés à travers le monde. En effet, recréer ou rejoindre un/des « espace(s) » familial, amical, et professionnel où l’excellence et l’éthique continuent d’être au cœur de la démarche collective peuvent relever d’une gageure tant le sentiment est fort d’un nivellement par le bas. Du coup, sur le terrain, se battre au quotidien pour préserver ses standards, ses valeurs et sa vision peut devenir très difficile. Il faut rester lucide pour savoir faire des concessions sans rentrer dans des compromissions. En ce qui me concerne, je me suis reposé sur le noyau dur de ma « famille de sang et de cœur », la seule qui me connaisse vraiment et avec lequel je chemine depuis des années et dont je connais les faiblesses et les forces mais surtout les valeurs cardinales. Et un an après, le cercle s’élargit lentement mais sûrement 😉

 

• Est ce que ton engagement à OSER t’a aidé à préparer ce retour?

Assurément ! La paupérisation « mentale » de l’Afrique a longtemps été source de frustrations intenses pour moi. En 2010, avec le lancement du mouvement « Oser L’Afrique », un cri du cœur est venu libérer ses frustrations. Dans la marche qui a ensuite suivi par le développement d’Oser l’Afrique à travers le monde, le cri a laissé place à un rêve : #Rebuntu ou le rêve d’une Afrique harmonieuse, prospère et solidaire. Aujourd’hui, à partir du Cameroun, je vois ce rêve prendre progressivement corps dans le réel. Des initiatives telles que Okwele , O-Talks ou encore Kiroo Rebuntu témoignent de la vitalité et mobilisation de la jeunesse camerounaise. Nous allons bientôt entrer dans un cercle vertueux pour l’Afrique et le monde, je le sens. Et plus que jamais, il est temps pour nous de fédérer les forces de l’espérance, de la transformation et du renouveau pour bâtir l’avenir du Cameroun, de l’Afrique et du monde !

 

Toute l’équipe O.S.E.R l’Afrique te remercie Jonathan !

L’équipe O.S.E.R. l’Afrique.

Newsletter
Vous souhaitez en savoir plus sur nos activités ? Devenir bénévole, être partenaire d’O.S.E.R. l’Afrique ou bénéficier de nos services ? Contactez-nous et inscrivez-vous à notre newsletter ! N’hésitez pas, toute l’équipe est disponible !
O.S.E.R. l'Afrique