novembre 17, 2017

Le collectif O.S.E.R L’Afrique a récidivé le 28 septembre dernier avec une rencontre Ose Ton Afrique très féminine…Lisez plutôt.

 

Une fois tous les trois mois, le collectif O.S.E.R L’Afrique vous embarque et organise des événements à Paris visant à promouvoir les initiatives des enfants d’Afrique tous azimuts. Pour cette deuxième édition, nous avons choisi des femmes entrepreneures ayant toutes commencé leur business par l’ouverture d’une Page Facebook.

Arrow
Arrow
Slider

 

C’est dans l’ambiance détendue d’un café que nous avons accueilli les invités. Une fois la salle comble et les intervenantes prêtes, la soirée pouvait commencer avec Nanda. Artiste parolière, elle nous a livré un texte sous forme de slam, inspiré de cet événement et écrit pour la circonstance: « Génération DEBOUT… DE OUF… Génération 5.0… Génération qui OSE» tel est le refrain de ce texte. Acclamée, elle a laissé place aux intervenantes: Grace Malanda, Diane Audrey Ngako, Lodia K., et enfin Rosy.

 

Arrow
Arrow
Slider

 

Pour Grace Malanda l’entreprenariat c’est apporter sa pierre à l’édifice et c’est avoir une vision et vouloir changer le monde, à son niveau.

«Dans le parcours entrepreneurial, il est important de travailler sur soi. Mieux te connaître te permettras de savoir ce que tu veux et ce que tu peux».

«On est tous singulier, nous sommes tous là pour briller».

Après un BAC STG, Grâce poursuit ses études à la fac pour obtenir 3 ans plus tard une licence en gestion. Après cela, elle décroche un Master en WebMarketing qui va lui permettre d’intégrer une des entreprises du CAC40. Cela traduit une impressionnante ascension dans son parcours. À 24/25 ans, elle souhaite arrêter son travail qu’elle trouvait inintéressant pour pouvoir être maître de son destin. Grâce à une connaissance, elle intègre IncubaSchool qui est un centre ayant pour objectifs de former à l’entreprenariat et d’inculquer la posture entrepreneuriale en travaillant sur le soi (Qui suis-je? Pourquoi j’entreprends?). L’expérience lui permet de se révéler à elle même. Elle se découvre une passion pour transmettre son savoir et inspirer des personnes, et c’est ainsi qu’elle quitte IncubaSchool pour réfléchir à comment et dans quoi se lancer? En Janvier 2016, elle crée son blog sur lequel elle aborde les sujets tels que le développement personnel, l’entrepreneuriat, le business au féminin, etc. Elle se fixe pour objectif de se créer une communauté de personnes sur les réseaux sociaux en 6 mois. Pour cela, elle poste des articles 3 fois par semaine (articles, vidéos) sur son blog et administre une page Facebook quotidiennement. Quelques mois après, elle décide d’organiser des événements qui lui permettent d’aller à la rencontre de sa communauté, et d’asseoir sa crédibilité. En parallèle, elle se propose d’être présente sur les forums/conférences qui parlent de son sujet de prédilection. En janvier 2017, elle sort la version entreprise de son site «Elle se lance» dont le but est d’accompagner les femmes qui veulent se lancer dans la concrétisation de leurs projets. Actuellement, elle travaille en partenariat avec une chambre de commerces et diverses structures d’accompagnement.

 

Arrow
Arrow
Slider

 

L’intervention de Grace est suivie par celle de Diane Audrey Ngako.

Selon Diane Audrey :

«Soyez consistant, prenez le temps de laisser mûrir votre projet … aujourd’hui on fait un projet lundi et on veut les résultats mardi ?»

«On n’a pas tous besoin d’être entrepreneur, on peut être intrapreneur».

Journaliste au Monde Afrique, elle décida de démissionner en 2016 pour retourner au Cameroun fonder son agence de communication. Titulaire d’un BAC STG, elle obtient un BTS avant de d’inscrire dans une école de commerce CESACOM à Paris. Ses parents n’étant pas en accord avec son choix, elle a dû payer elle même sa scolarité pendant 3 ans. Pour cela, elle enchaîne des petits jobs en dehors de ses cours pour s’en sortir. Très dynamique, c’est également en parallèle de toutes ses activités, qu’elle blogue régulièrement et crée en Juin 2014 la plateforme Visiter l’Afrique. Elle la crée avec tout simplement le désir d’apporter sa petite contribution pour l’Afrique, de donner envie aux gens de (re)découvrir ce continent. Lorsqu’elle retourne au Cameroun en 2016, les réalités sont très difficiles sur le terrain. L’investissement dans l’immobilier et le mobilier sont lourds, les formalités longues. Mais Diane Audrey ne baisse pas les bras et ne regrette rien un an après s’être lancée dans cette aventure. Aujourd’hui, ses activités sont florissantes et son parcours est un véritable exemple d’entreprenariat. Elle a su saisir les opportunités qui se sont présentées et aujourd’hui elle collabore avec de grandes entreprises, rencontre des personnes importantes sur la scène économique et culturelle africaine. Du premier blog créé en 2003, à son agence de communication au chiffre d’affaires de plus de 80000EUR, en passant par une plateforme digitale au rayonnement international, Diane Audrey prouve que les réseaux sociaux constituent pour notre génération, une incroyable opportunité de booster son business et ses produits.

À cet égard, elle vient de sortir son premier livre «They call it Africa, we call it home».

 

Arrow
Arrow
Slider

 

Suite à D.A.Ngako, ce fût au tour de Lodia K. de s’exprimer sur son parcours. Lodia K. est la 3ème intervenante à avoir un BAC STG en poche.

«J’ai appris avec le temps. Pour moi, il n’ y a pas de freins, je ne calcule pas, je décide et je fais».

«Si ce que tu fais ne t’anime pas, ça sera difficile».

Lodia K. de nationalité togolaise est une jeune créatrice passionnée de mode et du pagne. Elle crée des vêtements, et travaille essentiellement avec du pagne et des artisans togolais. Elle est fière de produire de l’authentique « Made in Togo ». Lodia se décrit comme une femme qui a horreur des contraintes et des obligations. C’est ce trait de caractère qui la pousse à arrêter ses études après son BAC STG pour se consacrer à la création et vente d’articles en pagne, ce qui deviendra son activité actuelle. Tout commence par la vente de snoods en pagne, qu’elle fait confectionner au Togo lors d’un séjour en vacances. Lorsqu’elle en a eu l’idée, Lodia a le réflexe de créer une page Facebook pour promouvoir ses snoods. Elle s’aide de copains qui, le temps d’une après-midi joueront les mannequins. Ils réalisent ensemble un shooting photo qui permet de montrer les articles portés. Le soir même, elle ouvre sa page Bazara’Pagne, publie les photos du shooting et la mayonnaise prend tout de suite. En quelques heures, Bazara’Pagne atteint plus de 200 followers, et dès le lendemain Lodia reçoit des commandes. En l’espace de 6 mois, Lodia a vendu plus de 800 snoods. C’est forte de ce constat qu’elle décide d’élargir son panel de vêtements et de se diversifier. Elle crée elle-même ses modèles et ensuite travaille sur le terrain avec une douzaine d’artisans togolais sélectionnés au fil du temps. Les réalités sont difficiles, les choses prennent du temps à se mettre en place, mais Lodia ne regrette rien car c’est un véritable accomplissement pour elle de pouvoir créer et de voir les produits finis. Au départ, Lodia vit son activité comme une véritable passion, sans calcul, sans business plan, ni projection entrepreneuriale mais avec le temps elle apprend que créer et maintenir une entreprise demande de la rigueur et de la constance. Elle apprend à avoir des responsabilités, à gérer un personnel et faire vendre ses produits. C’est dans ce sens que sa page Facebook, véritable vitrine de sa marque, a permis de capter et de garder une clientèle digitale grandissante.

Aujourd’hui, elle travaille avec de grandes enseignes et des stylistes reconnus, et est souvent représentée lors d’événements culturels.

Arrow
Arrow
Slider

 

Vient enfin le tour de Rosy.

«Au delà de la partie business j’aime redonner confiance aux Hommes».

«Au début je voulais être comme WeightWatchers mais grâce à Diane Audrey j’ai compris que nous n’avons pas à être comme. Il faut oser vouloir la 1ère place».

Rosy a un parcours touchant et atypique, qui l’amène à créer Ikonga qui signifie «minceur» dans une des langues du Congo. C’est suite à ses nombreux problèmes d’obésité qu’elle connait depuis l’adolescence, et à plusieurs hospitalisations, notamment après être tombé dans le coma, qu’un jour Rosy décide de prendre sa vie en main. Elle décide de changer radicalement de mode de vie, en mangeant mieux et en prenant soin de sa santé et de son corps. Elle met au point une méthode qui lui permet de passer de 122 kg à 58 kg de manière pérenne, par le biais d’une meilleure nutrition et du sport. Au départ, Rosy ne pense qu’à sa santé et à son bien-être. Après avoir constaté que les nombreux régimes alimentaires proposés par les nutritionnistes qui l’ont suivie, ne lui convenaient pas du tout, elle décide de créer son propre régime alimentaire basé sur les aliments africains qu’elle a toujours connu et qu’elle adore. Elle est convaincue qu’on peut maigrir tout en se faisant plaisir, en mangeant bien et mieux. Pendant 2 ans, elle confectionne des menus à base d’aliments et mets camerounais, tout en respectant les doses de calories prescrites par ses médecins. Convaincue par les premiers résultats de sa méthode, elle décide d’en faire profiter sa soeur et sa meilleure amie, qui à leur tour perdent chacune 20kg et 17kg en 3 mois. Par la suite, afin de ne pas se décourager dans son combat contre l’obésité, elle a l’idée de partager son expérience sur les réseaux sociaux et de trouver une communauté de personnes avec qui mener ce combat. C’est ainsi que l’aventure digitale commence, et qu’elle se découvre cette vocation de coach.

Étant chef de produit dans une grande enseigne commerciale, elle ne se voyait pas du tout devenir entrepreneure. Cependant, sa communauté s’agrandit rapidement grâce au bouche à oreille et sa clientèle aussi. Au départ elle fait payer ses clientes une somme dérisoire par semaine, pour compenser le temps qu’elle passe à coacher, en parallèle de son boulot. Puis un jour, elle fait une rencontre providentielle qui va la guider dans la transformation de cette activité parallèle en business viable et pérenne. Elle fait alors le choix de quitter son travail pour se consacrer au coaching car c’est là qu’elle se sent utile, utile à sa communauté. Grâce à Ikonga, elle est convaincue qu’elle apporte une vraie solution au problème d’obésité dans la communauté noire. Ikonga apporte aussi une solution au problème de solitude sous-jacent à la lutte contre l’obésité. Sa communauté digitale est soudée et s’encourage les uns les autres. Avec Facebook uniquement, elle a généré plus de 1.000.000EUR de chiffre d’affaires, ce qui prouve que la demande est forte. Rosy prend le temps de lire et de répondre à tous les commentaires et messages car c’est ce suivi qui constitue la pierre d’angle de son activité. Aujourd’hui, elle possède également un site internet business et une application mobile mais ils n’ont pas autant d’impact que ses pages Facebook qui constituent elles une véritable vitrine vivante pour sa marque. Désormais, l’ambition est de s’exporter à l’international, notamment en Afrique, où elle forme d’autres coachs à sa méthode.

Arrow
Arrow
Slider

 

Les interventions de ces femmes d’affaires ont laissé place à des questions-réponses très animées, puis à une séance de networking autour d’un buffet donnant l’occasion d’échanger encore plus avec l’équipe et les intervenantes.

 

Les mots de la fin? Motivation, inspiration, fierté et surtout « Il faut écouter sa voix. Tout est possible, chacun a un parcours différent. Ne vous fixez pas de limite ». 

 

Osément,

 

L’Équipe O.S.E.R L’Afrique

Newsletter
Vous souhaitez en savoir plus sur nos activités ? Devenir bénévole, être partenaire d’O.S.E.R. l’Afrique ou bénéficier de nos services ? Contactez-nous et inscrivez-vous à notre newsletter ! N’hésitez pas, toute l’équipe est disponible !
O.S.E.R. l'Afrique