20 juillet 2018

Dans le but de partager avec nos lecteurs les expériences de jeunes entrepreneurs sur le continent africain, O.S.E.R. l’Afrique va régulièrement à la rencontre des startups sur le terrain. Cette fois ci nous avons interviewé pour vous le co-fondateur de la startup COLIBA, Genesis EHIMEGBE, startup qui s’occupe du recyclage des déchets en Côte d’Ivoire.

 

1/ Bonjour Genesis EHIMEGBE. Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes s’il vous plaît?

 

Je m’appelle Genesis EHIMEGBE, 27 ans et cofondateur de la startup COLIBA. Je suis diplômé d’un master Grande École en Ingénierie des Affaires Internationales à l’Institut Mines Télécom Business School à Paris.

Passionné par les nouvelles technologies, je fais partie de ceux qui croient que la technologie constitue un levier important pour renforcer l’efficacité de la gestion des déchets en Afrique. Et si jusqu’à présent, il était inenvisageable d’imaginer une startup s’intéresser à ce domaine, ça n’est plus le cas aujourd’hui, grâce aux technologies du numérique. En effet, le numérique permet de proposer le tri à la source des matériaux recyclables, avec un système d’incitation. De plus, il est important de souligner que les moyens déployés jusqu’ici pour gérer les déchets plastiques qui inondent les villes africaines sont très peu efficaces par manque de budgets adéquats et de solutions adaptées. Par exemple, une capitale de 5 millions d’habitants telle qu’Abidjan produit annuellement 200 000 tonnes de déchets plastiques divers dont 90% se retrouvent dans les ruelles, les points d’eaux, ou sont brûlés.

 

2/ Dans ce contexte, que propose COLIBA?

 

COLIBA est une plateforme web, mobile et SMS qui connecte les ménages et les entreprises avec des collecteurs de déchets plastiques en Côte d’Ivoire. En échange du plastique collecté, ils reçoivent des points qui peuvent être convertis en crédit de communication, en produits de beauté et bientôt en produits alimentaires et de santé de base. À partir du mois de Septembre 2018, notre usine de recyclage sera 100% fonctionnelle. Cette dernière pourrait transformer jusqu’à 2 tonnes de plastiques par jour en paillets et en granulés. La matière recyclée sera ensuite revendue aux industriels locaux qui en ont besoin pour fabriquer d’autres objets.
Actuellement, nous avons seize collecteurs dont neuf qui travaillent à temps complet dans des domaines divers et variés tels que le marketing, les opérations, la finance et le business development. Notre Objectif est de créer jusqu’à 350 emplois verts et durables en Côte d’Ivoire, et d’ici 5 ans, nous aimerions pousser le nombre à 1300 emplois dans d’autres pays de la sous-région.

 

3/ A qui s’adressent vos services ?

 

Notre service s’adresse aux ménages et aux entreprises. La différence étant que, les premiers
reçoivent en échange des points, qui peuvent être également échangés contre des produits de consommation.

 

Coliba, application disponible sur les stores

Triporteur COLIBA

 

4/ Quand on parle de recyclage en Afrique qu’est-ce qui est le plus difficile ?

 

La plus grande difficulté que nous rencontrons est l’implication de la population. Nombreux sont ceux qui ne voient aucune utilité au recyclage, ni les avantages économiques, environnementaux et sanitaires que cela pourrait engendrer. Ceci est la raison pour laquelle nous faisons beaucoup de sensibilisation dans les écoles et entreprises afin d’éveiller une certaine conscience collective. Car seuls, nous ne pouvons pas tout faire malheureusement.
Aujourd’hui, nos actions commencent à porter des fruits puisque nous travaillons déjà avec des nombreuses entreprises, écoles, hôtels et restaurants dans la ville d’Abidjan et les chiffres ne cessent d’augmenter. Donc nous sommes confiants pour la suite.

 

5/ Vous proposez à vos adhérents du « airtime » ou des produits de première nécessité.
Pensez-vous qu’à terme, le système de troc pourra être affranchi?

 

Oui bien sûr que ce système de troc pourra être affranchi. Mais, cela risque de prendre un peu de temps car, le recyclage n’est pas encore ancré dans notre mentalité. Ce n’est pas une chose que les gens ont l’habitude de faire et nous savons que c’est toujours difficile de changer les habitudes de gens, surtout les mauvaises. Mais, nous sommes très optimistes.

 

6/Un mot pour la jeunesse qui comme vous souhaite oser ?

 

Je dirai tout simplement à la jeunesse que l’esprit d’un débutant contient beaucoup de possibilités. Donc, n’ayez pas peur d’être un débutant, d’apprendre et de faire des erreurs. La seule erreur serait d’attendre les autres. Car souvent, ceux que nous attendons, nous attendent aussi.

 

Merci pour ces derniers mots très inspirants Genesis EHIMEGBE.

 

Genesis EHIMEGBE & Yaya KONE, fondateurs de COLIBA

 

L’équipe O.S.E.R. l’Afrique.

Newsletter
Vous souhaitez en savoir plus sur nos activités ? Devenir bénévole, être partenaire d’O.S.E.R. l’Afrique ou bénéficier de nos services ? Contactez-nous et inscrivez-vous à notre newsletter ! N’hésitez pas, toute l’équipe est disponible !
O.S.E.R. l'Afrique