22 juillet 2018

Le 21 juin dernier, se déroulait la 7e édition des Inspir’Talks au MEDEF. Le thème de cette édition était « FINTECH: Quel avenir pour l’ Afrique? ». Organisé par Inspire Afrika Magazine, l’évènement a rassemblé une poignée d’intervenants aux parcours liés directement aux domaines faisant référence aux FINTECH: Finances et Technologie. O.S.E.R. l’Afrique a répondu présent à ce grand RDV, l’occasion pour nous de rencontrer les nouveaux acteurs de ce secteur en pleine croissance en Afrique.

 

Comment la FinTech contribue-t-elle à changer les circuits de paiement classique en Afrique ? Et quel avenir pour les Start-up Africaines?

 

Le terme « FINTECH » est une contraction de « finance » et de « technologie ». Autrement dit, il désigne donc la technologie financière: c’est une nouvelle industrie qui déploie la technologie pour améliorer les activités financières.

Dans le contexte africain où le taux de bancarisation des populations subsahariennes n’excède pas les 20%, selon le cabinet Innocence Consulting, le Mobile Money est dominant. Ce service largement répandu en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale comprend le paiement de factures, le transfert d’argent, et autres services financiers proposés sur mobile; les principaux acteurs de ce secteur étant les opérateurs téléphoniques. C’est ainsi qu’on dénombre presque autant de comptes mobiles que d’opérateurs.

C’est dans ce contexte que s’inscrit INTOUCH, une plateforme permettant d’agréger les paiements mobiles provenant de différents acteurs, afin de permettre aux marchands d’avoir un seul point d’entrée pour traiter les paiements de leurs clients. INTOUCH est donc à destination des PME et des commerçants. Grâce au partenariat signé avec le groupe TOTAL et ATOS Worldline, son fondateur Omar CISSE pourra exporter INTOUCH dans 38 pays sur le long terme.

 

Deux heures durant, nous avons écouté des intervenants plus intéressants les uns que les autres, tenter de répondre à la question de départ. Question qui a été scindée en deux volets :

 

Volet 1 : Digitalisation des moyens de paiement

Le panel d’intervenants était constitué de :

 

  • Maxime Tiagué Leuyou, directeur de Express Union France. EXPRESS UNION propose des solutions de transfert d’argent rapide via son mobile, ainsi que des services d’épargne pour investir sur le continent.

 

  • Valérie Noëlle Kodjo Diop, directrice Innovation chez Société Générale. Elle a piloté le déploiement à Dakar de l’application YUP, qui se veut être une banque dans la poche.

 

  • Aymeric Kamega: PDG de ACAM VIE. ACAM VIE, compagnie d’assurance digitale, propose l’assurance-vie aux camerounais, sur un compte entièrement piloté à distance par des moyens digitaux. Pour Aymeric, la digitalisation apporte la transparence et la confiance.

 

Volet 2 : Quel développement conjoint entre Start-ups et Multinationales ?

Dans ce panel, nous retrouvons :

 

  • Omar CISSE, fondateur de la start-up INTOUCH basée au Sénégal.

 

  • Thibault FLICHY, Vice-président Marketing & Digital Afrique pour le groupe TOTAL. Thibault FLICHY a personnellement accompagné et coaché la start-up INTOUCH dans le cadre d’un partenariat avec le grand groupe.

 

  • Tidiane DEME, co-fondateur de PARTECH Africa, filiale de PARTECH Ventures qui a pour but  de financer les startups africaines prometteuses. Pour Tidiane DEME, quatre critères sont importants lorsqu’il s’agit d’investir pour une start-up: la taille du marché visé et sa propension à croître, la solidité de l’équipe dirigeante, le business model, la scalabilité (il faut déjà avoir validé le business model et vouloir s’agrandir).

 

  • Viola Llewelyn, co-fondatrice d’OVAMBA. OVAMBA est une société qui accompagne les PME et les commerçants africains dans la recherche de financement et dans la croissance. La force d’OVAMBA réside dans la collecte des données terrain qui a permis de créer, avec l’aide d’un algorithme d’IA (Intelligence Artificielle), un modèle de risque évaluant le potentiel d’un business sur le marché africain.

 

De gauche à droite, Omar CISSE, Valerie Kodjo Diop, Viola Llewelyn

 

Au final, que retenons nous de cette soirée?

 

La collaboration entre INTOUCH et un groupe tel que TOTAL pourrait surprendre mais Thibault FLICHY et OMAR CISSE (que l’on sent très proches), soutiennent que la force d’un partenariat entre une startup et un grand groupe est la force de la structuration et de la rigueur, la mise en conformité, imposés par le grand groupe, et qui apportent de la robustesse à la solution.

Enfin, l’Afrique est un réel vivier d’opportunités en terme de business. Le marché n’a nul pareil ailleurs dans le monde, et les produits et modèles y naissant sont réplicables en Asie, en Europe, etc. Les intervenants nous invitent à rester différenciant dans ce qui est purement africain. Ils nous rappellent aussi qu’il n’y a pas que les FINTECH et que bien d’autres domaines ne demandent qu’à être exploités.

 

L’équipe O.S.E.R. l’Afrique.

Newsletter
Vous souhaitez en savoir plus sur nos activités ? Devenir bénévole, être partenaire d’O.S.E.R. l’Afrique ou bénéficier de nos services ? Contactez-nous et inscrivez-vous à notre newsletter ! N’hésitez pas, toute l’équipe est disponible !
O.S.E.R. l'Afrique