23 mars 2018

O.S.E.R. l’Afrique a organisé en Guinée-Bissau sa 6e édition de la série Clusters qui s’est déroulé les 16 et 17 Mars 2018, à l’université lusophone de Bissau.  

Lionel Djiena, responsable du pôle international au sein du collectif, et l’antenne d’O.S.E.R Guinée-Bissau ayant pour ambassadeur Adulai BARY, ont abattu un travail considérable qui a été couronné par le succès de l’évènement.

Notre présidente Lucresse Noula, a comme il se doit supervisé cet évènement durant ces 1,5 journées. De retour à Paris, elle nous parle des moments forts et de ce qu’il faut retenir de ce cluster.

 

Bonjour Lucresse,

1/ Quel est l’objectif d’O.S.E.R. l’Afrique à réaliser chaque année un cluster sur le continent? Quel bénéfice pour les jeunes?

 

Le cluster O.S.E.R. l’Afrique fait partie des premiers projets pensés par le Collectif. Depuis 6 années maintenant, l’objectif est, sur une journée et demie de : mobiliser, unir et créer une dynamique en faveur de l’essor de la jeunesse africaine.

Pour cela nous devons :

  • Identifier les thèmes porteurs d’intérêt pour la jeunesse africaine
  • Permettre à cette jeunesse africaine d’exprimer son potentiel par le biais d’une plate-forme innovante
  • Regrouper les porteurs de projets (à vocation économique ou socioculturelle), ceux qui ont des idées, des envies et ont besoin d’un « coup de pouce »
  • Associer tous les acteurs permettant de donner vie aux projets, ces acteurs partageant un leitmotiv clair et ancré dans les valeurs du continent africain : « s’unir, transmettre, s’entraider »

Ces journées permettent aux participants de rencontrer des intervenants/acteurs divers, à forte valeur ajoutée, tant au niveau local qu’international : organismes de financement (fonds d’investissement, banques, établissements de micro-crédit.), chefs d’entreprise, universitaires, experts, consultants, etc. Ce qui permet de créer un espace privilégié de rencontres, d’échanges, d’émulation, d’apprentissage, de recherche et de synergie entre les jeunes.

 

2/ Pourrais-tu nous rappeler l’objet de cette 6e édition des séries Cluster ?

 

Pour cette 6ème édition sur le thème Entrepreneuriat, culture numérique et citoyenneté mondiale : quels enjeux pour la jeunesse bissau-guinéenne ?”, nous avons axé la demi-journée de vendredi sur la culture du numérique et la citoyenneté. Le but était qu’autour d’activistes et sociologues locaux, nous puissions faire un état des lieux en Guinée-Bissau et échanger avec les personnes présentes. Pour structurer les échanges nous avons posé deux questions :

 

Dans quelle mesure est-ce que l’utilisation des médias sociaux permet d’instaurer un débat d’idées serein et productif en Guinée Bissau ?

Quelles conséquences du traitement des informations perçues via le numérique sur l’action citoyenne ?

Autour de Kelly De Corea, activiste et coach en développement personnel, et Filinto Omar Martins Salla, président de l’Institut National de la Jeunesse, la première question nous a permis de voir comment l’utilisation des médias sociaux facilite les échanges. Les plateformes que nous avons sont de réels atouts pour construire et débattre de nos idées avec les autres.

Pour la seconde question, nous voulions savoir si les informations perçues via les médias sociaux, sont analysées et vérifiées ou sont-elles justes partagées sans réelle réflexion. Grâce à la sociologue Cadija Mané et Edgar Cardoso, le CEO de Radio Jovem, nous avons eu des discussions très intéressantes sur le sujet avec l’assemblée.

La deuxième journée fut dédiée aux entrepreneurs. Nous avons reçu 6 entreprises qui ont présenté leurs activités: Agriculture, Santé, E-commerce ou encore le domaine de l’Emploi. Pendant cette journée les entrepreneurs posent une problématique à laquelle les participants tentent de répondre durant un atelier de 30 min.

La journée prit fin avec les prises de parole de 3 entrepreneurs Mamade Saliu Djalo, co-fondateur de BIGT (BIG Technologies), Nerida Baptista Fonseca, fondatrice et CEO d’Innovation Sarl, et enfin Sabino Junior Gomes, entrepreneur et consultant sur le projet PRSPDA (Projet de Réhabilitation du Secteur Privé et appui au Développement de l’Agro-industrie).

 

3/ a. Comment décrirais-tu la phase de préparatifs menée en amont ?

 

Le cluster O.S.E.R. L’Afrique est un projet porté par le pôle international ici à Paris. Tout commence par un appel à projets lancé à nos antennes sur le continent. Dès lors que le projet d’une antenne a été sélectionné, nous établissons un calendrier de préparation que nous nous efforçons de suivre.

Cela fait 1 an à peine que nous avons changé de bureau, et avec cela il y a eu changement de responsables de pôle aussi. Donc, Lionel Djiena pour qui c’était également le premier cluster en tant que responsable du pôle International, a su rassembler les équipes ici à Paris et sur le continent, et coordonner les différentes actions à mener aussi bien à notre niveau ici qu’à Bissau.

 

3/ b. Comment as-tu trouvé l’équipe sur place ?

 

Pareillement, cela fait à peine 1 an que l’antenne O.S.E.R Guinée-Bissau a été créée et j’ai trouvé sur place une équipe plus que motivée, rassemblée autour de leur ambassadeur Adulaï Bary. C’était leur tout premier évènement O.S.ER. L’Afrique et ils l’ont très bien mené. L’ambiance était joyeuse et tous les membres ont participé activement au projet. Donc je dis merci à Julcie, Fanny, Aïssa, Malmo, Braïma, Nesy, Adulaï, Yannick, et tous les autres qui se reconnaitront.

previous arrow
next arrow
ArrowArrow
Slider

 

4/ Des photos ont été partagées sur les différents réseaux et nous avons également suivi les lives Facebook/Twitter. Nous avons donc pu nous rendre compte que ce fut un succès. Toi qui y étais, pourrais-tu nous faire un résumé ?

 

Pendant 1 journée et demi nous avons reçu 105 participants. Le fait que l’assemblée participe directement, que ce soit lors des échanges du vendredi, ou lors des ateliers du samedi, nous a donné grande satisfaction. Le vendredi, les questions s’adressaient d’ailleurs plus au public qu’aux intervenants, leurs interrogations et retours ont permis aux deux parties d’élargir leur champ de réflexion. Samedi, au cours des ateliers, les participants posaient des questions pointues aux entrepreneurs quand ils s’y attendaient le moins, ce qui donnait une dimension plus riche aux ateliers.

Dans quelques mois, il est prévu que nous fassions un point avec les entrepreneurs présents au cluster afin de savoir si les solutions proposées par les participants pendant les ateliers ont eu un impact sur leurs projets.

5/ Et s’il ne fallait retenir qu’une chose, ce serait quoi ?

 

La richesse de l’entrepreneuriat tient dans le fait que chacun a son parcours, chacun a une histoire et donc chacun peut innover et créer. O.S.E.R. l’Afrique ira toujours à la rencontre de ces personnes qui créent et qui ont un impact dans leur pays car c’est à leur contact que l’on s’enrichit. Cela fait écho à ce leitmotiv que nous partageons « s’unir, transmettre, s’entraider ».

 

Merci Lucresse Noula !

 

L’équipe O.S.E.R. l’Afrique

Newsletter
Vous souhaitez en savoir plus sur nos activités ? Devenir bénévole, être partenaire d’O.S.E.R. l’Afrique ou bénéficier de nos services ? Contactez-nous et inscrivez-vous à notre newsletter ! N’hésitez pas, toute l’équipe est disponible !
O.S.E.R. l'Afrique